La construction de notre charpente durant l'été de 2015.

Après huit hivers de travail pour faire mes poutres à la tronçonneuse, j'avais finalement tout le bois qu'il nous fallait pour pouvoir commençer à construire la charpente de notre future maison. Moi, j'adore les batiments médièvaux donc je voulais vraiment faire une charpente à courbes, ou "cruck". C'est à dire que les éléments porteurs de la charpente sont de grandes poutres courbées. Elles sont posées sur des plots par terre et elles vont jusqu'au faîtage. Il faillait donc trouver, dans les bois qui entourent la future maison, trois chênes de la bonne longeur et avec une courbe à environ deux mètres et demi du sol. Du coup, je connais tous les chênes de Murat maintenant. J'ai scié chaque chêne le long pour faire une paire de "lames" dans chaque arbre, comme on le faisait autrefois. Une fois assembé cela ressemble à un "A" légèrement courbé.

Moi, je ne suis pas charpentier mais plutôt paysan/maçon donc on avait prévu de faire la charpente durant un chantier école de cinq mois où moi aussi, je serais élève. Un copain à nous (Jean Pascal), qui a trente ans d'expérience comme charpentier traditionnel, m'avait promis d'être notre prof. C'est lui aussi qui nous avait prêté tous les outils néccessaires.

Mais, cela ne s'est pas déroulé comme prévu! Deux semaines avant le début du chantier, Jean-Pascal a eu un grave accident et du coup il ne pouvait pas venir. Que faire maintenant? Tous les matériaux étaient là, les dessins et la maquette aussi mais comment commencer? Il y avait déja quelques bénévoles sur place qui avaient prévu de venir vivre à Murat durant tout l'été pour apprendre ce beau métier de charpentier traditionnel. Nous avons décidé d'essayer de démarrer le chantier quand même. Heureusement je connais encore un autre charpentier qui était d'accord pour nous dépanner la première semaine du chantier. Après cette première semaine notre l'équipe de futur charpentiers avait compris comment se débrouiller plus ou moins. Heureusement, chaque fois quand nous étions bloqués par un problème technique, quelqu'un avec de l'expérience passait pour nous expliquer comment faire. Comme cela on a pu continuer notre grande aventure.

A cause de toutes ces difficultés nous n'avons pas pu finir la totalité de la charpente en 2015. Mais elle est bien protegée par des bâches et en 2016 on la finira avec les bénévoles les plus motivés du chantier, car ils et elles vont revenir à Murat en août!